Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




11 au 21 septembre 2008 - Paris, Biennale des Antiquaires : Derain, sculpteur, présenté par la galerie de la Présidence

« Ce n’est pas moderne, ce n’est pas ancien, c’est Derain », déclarait Alberto Giacometti en 1953 à propos de l’œuvre d’André Derain.


11 au 21 septembre 2008 - Paris, Biennale des Antiquaires : Derain, sculpteur, présenté par la galerie de la Présidence
Si l’on connaît bien le Derain fauve, le Derain cubiste, on connaît moins, en revanche, le Derain sculpteur. La Galerie de la Présidence a choisi cette année de proposer une sélection de sculptures, faisant la part belle à cette facette de l’artiste souvent ignorée du public. L’exposition est d’autant plus exceptionnelle que les bronzes qu’Alice Derain a fait couler, à partir des terres cuites réalisées par son époux, sont en nombre très limité.
« Vers 1900, André Derain avait réalisé plusieurs statues. Mais le modelage, c’était tout autre chose et cela l’attirait depuis longtemps…
Bientôt, autour de la maison, s’élevèrent de nombreuses petites collines aux teintes diverses qui séchaient au soleil. Il faisait lui-même tous les travaux préparatoires de nettoyage et de criblage de la terre qui, loin de lui paraître fastidieux, lui procuraient au contraire un grand plaisir et lui donnaient l’occasion de nouvelles découvertes.

Quelle merveilleuse récompense ensuite, lorsque les formes naissaient sous ses doigts ; la lumière vivante, cette lumière qu’il faut piéger et surprendre au moment désiré, lui était une véritable volupté, alors que le peintre, lui, est obligé de la plaquer sur la toile comme un papillon captif.
Ce grand enthousiasme du début ne se ralentit pas et il modela jusqu’à ses derniers jours. N’ayant pas été pleinement satisfait de certains résultats obtenus à la cuisson, il exécuta également de grands ouvrages destinés à être coulés en bronze ; telles la plupart des œuvres de cette série.»
Alice DERAIN. Chambourcy, le 2 juin 1962.

Une sélection exceptionnelle donc, pour un évènement prestigieux comme la Biennale des Antiquaires www.bdafrance.eu

Aux côtés de ces sculptures, la Galerie de la Présidence présentera par ailleurs une toile d’Henri-Edmond Cross, intitulée Famille de cygnes, qui préfigure l’exposition magistrale consacrée à ce maître néo-impressionniste. A découvrir au 90 rue du Faubourg Saint-Honoré, du 10 octobre au 20 décembre prochain.

Galerie de la Présidence
90 rue du Faubourg Saint-Honoré – 75008 Paris
Tél. : +33 (0) 1 42 65 49 60
mail@presidence.fr
www.presidence.fr


pierre aimar
Jeudi 11 Septembre 2008
Lu 590 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 198










Inscription à la newsletter