Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




10 au 14 février, Je voudrais être légère, un projet d'Elisabetta Sbiroli et Carol Vanni, mise en scène Alain Fourneau, théâtre des Bernardines à Marseille

Reprendre ! Autrement dit, remettre ses pas dans les traces de l'année précédente, voir ce qui s'est déposé
dans les corps, et puis ne pas se contenter de ce qui était déjà là. Aller un peu plus loin pour qu'il
y ait encore plus d'évidence dans la (les) sensation(s), plus "d'être là".


Tenter encore et toujours d'atteindre l'inatteignable, l'endroit où le texte se retrouve à la fois totalement
ancré dans les corps et dans le(s) mouvement(s), et en même temps comme dans un léger état d'apesanteur, au beau milieu du plateau, énigmatique et ouvert à la multiplicité du (des) sens. De façon à lui laisser sa plus grande liberté, lui, ce texte, qui dit tout à la fois la méfiance que l'on peut (que l'on doit ?) entretenir par rapport au théâtre et la dérive populiste qui pourrait l'engloutir totalement. La lutte perpétuelle à mener contre (et pour) ce que l'on chérit.
Une journaliste l'année dernière disait très justement des "actrices" qu'elles étaient là comme des abstractions vivantes, paradoxales... C'est autour de cette notion extrêmement concrète que nous labourons le plateau !
Alain Fourneau

A propos ...

C’est la première phrase du texte de Elfriede Jelinek "Je voudrais être légère", phrase qui donne la couleur à ce qui va suivre : un manifeste contre les formes traditionnelles de la représentation théâtrale, basées sur une vision mimétique de la réalité.
Dans la suite du texte, s’affirme une prédilection pour la vie dans ses manifestations les plus simples, qui n’auraient pas besoin d’un processus de sublimation artistique pour susciter l’intérêt des spectateurs.
Serions-nous devant une pensée de type poujadiste, qui regarde avec suspect toute excroissance
intellectuelle sur le corps de la "vraie" vie ?
Non, car le discours de Jelinek est beaucoup plus complexe : on peut en fait se demander qui parle, qui est-ce qui se cache derrière la première personne du monologue.
Comme on peut le voir aussi dans d’autres textes de Jelinek, ce n’est pas l’auteur dans les vestes de narrateur démiurge qui habite tout le temps ce "je" grandiloquent, mais parfois une foule agitée d’enthousiasme, convaincue et intolérante, qui n’est pas sans rappeler la description inquiétante que donne Elias Canetti de la masse. L’opinion de ce "je" collectif s’exprime souvent par des lieux communs, formules stéréotypées dégainées avec d’autant plus de force que leur contenu paraît contradictoire, sinon creux - "Du théâtre faisons table rase !" - semble dire ce "je" sur un ton autoritaire, ou plus précisément : "Il ne doit plus y avoir de théâtre", et encore : "Nous seuls (les spectateurs) sommes vrais… Devenons nos propres modèles et saupoudrons la neige, les prés, le savoir. De quoi ? Mais de nous-mêmes, voyons ! Tout sera bien". La phrase conclusive suffit à donner les frissons, dans la perspective à la Orwell d’une société qui refuse toute confrontation avec l’autre, anesthésiée par ses émissions télé.
Et pourtant l’espoir humaniste d’une vérité "sans ornements" se fait place, dans l’image de vêtements flasques et négligés, qui pendent aux cintres en attendant que quelqu’un les remplisse.
Ce sont les personnages, qui attendent comme dans une pièce de Pirandello d’être investis, sinon abusés, par les acteurs. Ces mêmes acteurs qui deviennent plus loin des "sacs à provisions vides, les sacs à provisions flasques et prosaïques" brutalement remplis de sens par le metteur en scène. L’ultime sens du théâtre devient alors celui de montrer "le pouvoir des meneurs de jeu qui font marcher la machine".
La conscience politique de Jelinek s’accommode bien de la métaphore théâtrale : son théâtre "sans contenu" adhère à la surface du monde, dans son acception plus contemporaine, le langage.
Les mots "de tous les jours" portent les traces d’une violence banalisée, d’une hypocrisie qui s’érige en valeur. Pauvres mots qui s’agencent à nouveau pour freiner la quête de consolation, d’illusion, de croyance. Ces mots regardent bien les choses en face, et nous regardent aussi, au passage, nous, les observateurs inoxydables.

Pratique

La Compagnie Lalage et le Théâtre des Bernardines présentent :
Je voudrais être légère
texte d'Elfriede Jelinek
un projet d'Elisabetta Sbiroli et Carol Vanni,
mise en scène de Alain Fourneau
du 10 au 14 février
mardi et vendredi à 20h30
mercredi, jeudi et samedi à 19h30
Théâtre des Bernardines
17 bd Garibaldi
13001 Marseille
Renseignements - Réservations
04 91 24 30 40
contact@theatre-bernardines.org


pierre aimar
Mardi 3 Février 2009
Lu 216 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 82





Inscription à la newsletter