Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




1 et 2 mars. Ils étaient vingt et trois quand les fusils fleurirent. Création spectaculaire dans les pas de Manouchian, Rayman, Alfonso et les autres.. Théâtre de la Presle, Romans (26)

« ...Remarquable travail sur les mots, l'espace et la matière sonore qui entend réveiller les consciences_sur ce "meilleur à inventer" et à réinventer éternellement..."


Le propos artistique

Le 21 février 1944, les nazis fusillaient au Mont Valérien les vingt-deux hommes du groupe Manouchian, section parisienne des combattants volontaires engagés dans les FTP-MOI. Olga Bancic, seule femme du groupe, les rejoindrait au panthéon des justes, un peu plus tard, au mois de mai, décapitée dans une prison de Stuttgart.
Avant et après les dix visages de l’Affiche Rouge, d’autres visages, d’autres noms ont par milliers essaimé la France de l’Occupation de leurs certitudes farouches en matière de démocratie. Mais il est vrai que l’Affiche Rouge et ses partisans réunis autour du chef de groupe, Missak Manouchian, ouvrier, poète et arménien, semble incarner à elle seule l’essence même du combat de ces années-là, par la puissance et la violence de l’iconographie nazie, stigmatisant les traits de leurs visages pour les rendre atroces, effrayants. En façonnant le mythe du Mal, c’est la légende des FTP-MOI que le nazisme et la collaboration avait créé.__Francs Tireurs Partisans, Main d’œuvre Immigrée. Six mots pour évoquer ce qu’il ne faudrait jamais galvauder par trop d’emphase ou de romantisme déplacés ; six petits mots pour ne pas dérober la parole de ces hommes et de ces femmes, pour la plupart à peine sortis de l’adolescence, aux noms imprononçables, volontiers écorchés par l’administration française. Juifs originaires de Pologne et d’Europe centrale, rescapés des rafles de 1942, militants antifascistes, militants communistes réfugiés d’Espagne et d’Italie, fils et filles issus de l’immigration ; ouvriers, serruriers, télégraphistes, maçons, mécaniciens, étudiants… ayant choisi l’engagement dans la lutte armée clandestine et la résistance au nom de la Liberté, de la France, en un temps où choisir pouvait être mourir.

Ecriture, scénographie et mise en scène : Dominique Freydefont_Assisté de : Stéphanie Robert
Avec la complicité poétique de : L. Aragon, J. Cayrol, M. Cohn, R. Desnos, P. Eluard, M. Manouchian, J. Paulhan, M. Riffaud, J. Tardieu
Avec : Grégory Cartelier, Emmanuel Chanal, Cyril Crépet, Céline Porteneuve_Images et vidéo : Marc Geneix / Costumes : Marie Jaffeux / Musique, sons, bruitages : Jean-Louis Bettarel / Lumières et Régie : Nicolas Masset; Julien Aguay / Accessoires : Vincent Chassaing / Illustration : Fabien Pouzerat / Production Ville de Clermont-Ferrand – DAJL / Réalisation : Compagnie D.F. Durée : 1h15


pierre aimar
Mercredi 27 Janvier 2010
Lu 625 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 81










Inscription à la newsletter